Les belles ambitieuses (Stéphane Hoffmann)

note: 4les belles ambitieuses Patricia - 30 janvier 2019

Je devais lire ce livre depuis longtemps .
C'est [...]

Sauvages (Nathalie Bernard)

note: 4sauvages Patricia - 19 janvier 2019

Un très bon roman qui se passe au [...]

Made in abyss n° 1 (Akihito Tsukushi)

note: 5Au sein du tréfonds Espace jeunesse - 31 janvier 2019

Avec Made in Abyss, Akihito TSUKUSHI nous offre un univers [...]

Sirius (Stéphane Servant)

note: 5Un long voyage Espace jeunesse - 31 janvier 2019

Stéphane Servant signe un roman de science-fiction extrêmement fin, aussi [...]

Calendrier
« février 2019 »
Calendrier en jours du mois
lunmarmerjeuvensamdim
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728123

Critique

 

Hubert (Ben Gijsemans)

note: 5Hubert Evelyne - 10 octobre 2018

Je ne suis pas une grande lectrice de BD, mais HUBERT m’a énormément touchée.
Un graphisme tout en délicatesse pour raconter l’histoire de ce petit homme entre deux âges, timide et réservé. En même temps Hubert Luyten n’est pas un être falot, c’est un solitaire, quelqu’un qui fuit toutes les relations humaines, mais auquel le lecteur s’attache au fil des pages. C’est un homme tout rond et les deux points que sont ses yeux derrière ses lunettes livrent toute sa vie intérieure. Il voue une grande passion à la peinture et passe ses loisirs au Musée des Beaux-Arts de Belgique. Il n’hésite pas à se déplacer et aller à Paris au Musée d’Orsay pour contempler l’Olympia de Manet. Il photographie des tableaux de femmes, de femmes nues peintes par de grands maîtres que, rentré chez lui, il reproduit en peinture. Le trait de Ben Cijsemans tout en finesse raconte énormément d’Hubert dans un livre presque sans paroles. La longueur du voyage que fait un jeune homme avec ce taiseux est magnifiquement exprimée par ces dessins répétitifs de la voiture.

Un dessin fin, sobre, dans des tons feutrés de bistre, seulement éclairé de couleurs lorsque la vie apparait avec cette jeune-femme de l’immeuble d’en face qui arrose ses plantes à sa fenêtre, légèrement vêtue et deviendra sa nouvelle source d’inspiration. Ce n’est pas le début d’une idylle, mais la vie qui s’impose.